Voie de l'abstraction

Dans les années 80, David Malkin gagne en sérénité. Sa palette s’est éclaircie, ses aplats se sont élargis, son univers non figuratif laisse toutefois encore imaginer des scènes de shtetl avec ses ruelles peuplées ou des paysages.

Dans les années 90, les tableaux de David Malkin sont encore habités, mais sur un mode plus épuré que jamais, jusqu’à l’abstraction.

Il découvre en 1991 la Corse et tombe sous le charme de ses luminosités éclatantes, lui rappelant celles de l’Italie. 

Cet accomplissement artistique coïncide malheureusement avec la maladie de Ruth, atteinte d’un cancer. Il veut à tout prix lui apporter de la force en lui offrant cet univers épuré et chatoyant.